Banniere de le crop
Retour sur la journée nationale «Pauvreté après le divorce» Journée CSIAS 6 mars 2008Document complet

C’est sous le titre « Pauvreté après le divorce : quand le revenu ne suffit pas pour deux ménages » qu’a eu lieu le 6 mars 2008 à Bienne une journée nationale organisée par la Conférence suisse des institutions d’action sociale (CSIAS). Si la journée a principalement offert une tribune aux revendications des femmes qui, selon la Commission fédérale pour les questions féminines (CFQF), sont deux fois plus nombreuses à tomber dans la pauvreté que les hommes après le divorce, il faut regretter que les associations de familles monoparentales ou recomposées, les associations proches de la protection ou des droits de l’enfance ainsi que les associations de pères n’aient pas été invitées à présenter officiellement leur point de vue. Cette journée aura cependant eu le mérite de mettre en évidence le besoin urgent de définir et de mettre en place une véritable politique de la « Famille », que cette dernière soit traditionnelle, éclatée, monoparentale ou recomposée, et dans laquelle les responsabilités parentales soient équitablement réparties entre le père et la mère, ceci dans l’intérêt supérieur de l’enfant. Car bien plus que des interprétations de la loi ou des points techniques touchant à sa jurisprudence, c’est la problématique globale du droit de la famille en général et du droit du divorce en particulier qui doit être repensée afin de réduire « toutes » les inégalités et diminuer le recours à l’aide sociale ...


Pauvreté et divorce. Position de GeCoBi et de la CROP concernant l'étude
de la Commission Fédérale pour les Questions Féminines
3 mars 2008  Document complet

L'augmentation du nombre de séparations et de divorces est un phénomène important de la société suisse et occidentale en général. Dans le cadre de séparations et de divorces de couples ayant des enfants, les conséquences financières (pour les deux parents et pour les enfants), économiques (pour la société), sociales, et pour la santé et l'égalité des chances des parents et des enfants sont particulièrement lourdes. Dépendant du lieu de résidence des membres de la famille éclatée, un salaire total (entre les deux parents) entre Fr. 7'000.- et 9'000.- par mois (incl. 13ème salaire) est le seuil au dessous duquel la famille avec deux enfants est confrontée à la pauvreté ...

 

© 2008 Coordination Romande des Organisations Paternelles